Actualité de l'environnement du Sénégal

Environnement – La revue de presse du vendredi 07 février 2020

Environnement – La revue de presse du vendredi 07 février 2020

Les publications environnementales sont assez variées ce vendredi 07 février 2020 avec des articles sur la variation climatique, l’énergie qui fait place au projet d’essenceries pour l’Etat ou encore la loi portant interdiction au plastique qui va entrer en vigueur le 20 avril prochain. L’agroécologie et le secteur du transport n’ont pas été en reste.

L’Observateur (page 07) alerte sur les variations climatiques qui entraînent des dangers sur la santé, provoqués par la vague de chaleur qui s’abat au quotidien sur les sénégalais. « L’alternance de la fraîcheur et de la chaleur ainsi que la mauvaise qualité de l’air, liées à des variations climatiques sont une menace réelle pour la santé des personnes, surtout des enfants et des asthmatiques. D’habitude cette période correspondait à des moments de fraîcheur. Mais nous avons remarqué que la sensation de fraîcheur est moins fréquente cette année. Cette situation s’explique par le fait que les masses d’air chaudes à pareil moment, qui étaient centrées sur les pays du Golfe de Guinée oscillent et des fois intéressent une bonne partie du territoire. A cela s’ajoute la présence sur le pays des vents d’harmattan qui sont chauds et secs. Ces deux situations augmentent aussi bien les températures maximales que minimales. C’est pourquoi cette fraîcheur matinale n’est pas très remarquée cette année », a expliqué Abdoulaye Diakhaté, ingénieur prévisionniste à l’Anacim.

C’est dans ce même sillage que Le Témoin (Page 09) a parlé des changements climatiques et menaces écologiques. C’est autour d’un conclave que des leaders d’organisations paysannes, animateurs endogènes et partenaires techniques et financiers de la plateforme multi-acteurs du sous-secteur de l’agriculture biologique, se sont retrouvés pour échanger et partager les connaissances agricoles endogènes comme scientifiques. Ces connaissances sont aptes à favoriser une meilleure résilience face aux changements climatiques et les menaces réelles sur les écosystèmes et l’environnement.  Le Témoin, en page 04 vire sur le secteur de l’énergie et informe que l’Etat va vendre de l’essence avec un lancement d’une dizaine de stations-service par Petrosen Aval. Cela veut dire que l’Etat n’entend pas laisser le marché de la distribution des produits pétroliers aux multinationales et aux privés nationaux. En page suivante, toujours avec ce journal, le secteur du transport dresse un bilan macabre avec 600 morts et des pertes de 74 milliards de francs CFA par an.

Walfadjiri Quotidien (page 06) revient sur le déjeuner de presse de mardi dernier où le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall a révélé que la loi portant interdiction du plastique va entrer en vigueur le 20 avril prochain. « Les usines qui fabriquent les sachets d’eau n’ont qu’à prendre leurs dispositions. Au bout de trois mois, on n’acceptera pas de sachets d’eau au Sénégal », avait-il laissé entendre. En sa page 05, Walf informe que des acteurs de l’agroécologie prodiguent des recommandations. « La Dytaes suggère de prendre en charge, dans un premier temps, des recommandations dont le traitement pourrait être engagé, dans le court terme. Ces dites recommandations sont globalement de deux types : celles visant à renforcer les initiatives des acteurs déjà engagés dans l’agroécologie et celles concernant la création des conditions de mise en marche du processus de transition à l’échelle nationale », a indiqué Iba Mar Faye, membre de cette association.

Le Soleil (page 02) revient sur les Emplois verts pour faire le plein d’énergies neuves avec les directives du Président de la République Macky Sall au ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall. Il est chargé de démarrer l’initiative « Pse Vert » avec en perspective la création, par l’Agence nationale de reforestation, nouvellement créée, de dix mille (10.000) emplois verts à terme. Le Président a ensuite instruit Ali Aïdar de travailler en synergie avec le ministre de l’Environnement et du Développement durable autour du programme « Zéro déchet », dans le cadre de la requalification de la décharge de déchets solides urbains à ciel ouvert de Mbeubeuss.

Le Journal Le Quotidien (05) sur le Développement d’une résilience à l’insécurité alimentaire récurrente au Sénégal parle des lenteurs administratives qui freinent le projet. Après quatre (4) ans de mise en œuvre, le projet de Développement d’une résilience à l’insécurité alimentaire récurrente au Sénégal (Driars) connait un taux d’exécution physique de 22% et financière de 42%, renseigne le journal.

L’Evidence (page 02) cite Ban Ki-Moon, l’ancien secrétaire de l’Organisation des Nations unies (ONU), lauréat du Prix spécial qui a réaffirmé mercredi, sa volonté de poursuivre le combat pour la cause du climat, du développement durable et du genre. « J’ai toujours fait du changement climatique, de l’atteinte des objectifs du développement durable et de la promotion du genre mes priorités lorsque j’étais secrétaire général de l’ONU et je poursuivrai cet idéal jusqu’à ma mort », a-t-il déclaré.

Pour la préservation de la mangrove, des acteurs sénégalais et gambiens ont décidé d’harmoniser les politiques de protection des écosystèmes. Cette initiative entre dans le cadre du projet international qui concerne la réserve biosphère transfrontalière (Grand Saloum) qui unit le Sénégal et la Gambie avec un financement de l’union européenne à hauteur de 06,5 milliards de francs CFA. L’information a été donnée par Enquête en sa page 02.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *