Changements climatiques dans le monde : Sénégal, premier pays à avoir élaboré son PNA pêche

Changements climatiques dans le monde : Sénégal, premier pays à avoir élaboré son PNA pêche

De nos jours l’humanité et l’univers tout entier sont menacés. Cette menace appelée changement climatique ou dérèglement climatique, correspond à une modification durable des paramètres statistiques du climat global de la Terre ou de ses divers climats régionaux prend chaque jour des proportions inquiétantes.

C’est en ce sens que nous avons noté après analyse que les écosystèmes marins et côtiers sont les plus impactés avec les conséquences sur les communautés côtières. Ces mutations climatiques se traduisent par une augmentation de la hauteur de la houle occasionnant des dommages sur les équipements, les quais et matériels de pêche.

Une situation qui inquiète certains décideurs du monde. Ainsi, pour faire face, des décisions importantes sont prises au niveau des Nations Unies dont l’élaboration de plans d’adaptation aux changements climatiques.

Au Sénégal, au niveau du secteur de la pêche, la manifestation la plus visible des changements climatiques est le déplacement de certaines espèces telle que la sardinelle ou yaboy en wolof. Les études menées ont révélé sa migration du Sénégal vers le Maroc en passant par la Mauritanie.

Toujours sous l’effet des changements climatiques, il est noté des phénomènes météorologiques récurrents extrêmes. Au-delà des dégâts   matériels en mer et à terre notamment la démolition ou l’effondrement des quais de pêche, ces intempéries accélèrent la paupérisation des communautés de pêcheurs en détruisant leurs milieux de vie. A titre illustratif on peut citer Saint-Louis avec Doune Baba Dieye, Pointe de Sangomar à Djifère, l’Ile de Diogué à Ziguinchor, etc.

C’est pour parer à cette menace que le Ministère des Pêches et de l’Economie Maritime à travers la Direction des Pêches Maritimes a élaboré son Plan national d’adaptation du secteur de la pêche et de l’aquaculture (PNA PECHE) face aux changements climatiques horizon 2035. Il s’agit à travers ce document d’avoir une planification de la dimension climatique dans toutes les orientations politiques, des projets et programmes pour la pêche et l’économie maritime conformément à l’Accord de Paris sur le Climat.

Pour rappel, l’Accord de Paris est le premier du genre sur le climat et réchauffement climatique. Il fait suite aux négociations qui se sont tenues lors de la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques (COP21) de la Convention-cadre des Nations Unies. Il a été approuvé par l’ensemble des 195 délégations le 12 décembre 2015 et entré en vigueur le 4 novembre 2016.

Une démarche participative et inclusive a permis au Sénégal de réaliser ce document qui sera validé un 25 octobre 2016 par une signature conjointe entre le Ministre des Pêches et de l’Economie maritime et le Ministre de l’Environnement.

Ce plan sera présenté à Marrakech au Maroc la même année à l’occasion de la COP 22. En faisant cette présentation, le Sénégal ignorait que ce plan fera de lui le pionnier du PNA Pêche dans le monde.

D’après Jones Anderson, Coordonnateur du Projet DEKKAL GEEJ, « le Sénégal est le premier pays au monde à avoir son plan national d’adaptation aux changements climatiques pêche et aquaculture ». Il a donné l’information lors de l’atelier de renforcement des capacités des acteurs de la pêche face aux défis environnementaux tenu à Dakar le 29 et 30 septembre 2020.

Cette information illustre à suffisance l’engagement et la volonté des acteurs, des partenaires et des décideurs politiques à ne ménager aucun effort pour une bonne adaptation aux changements climatiques dans ce sous-secteur de l’économie nationale.

Il faut aussi préciser que la réalisation de cet important document est le fruit de la fédération des efforts de toutes les Parties prenantes à travers des consultations au niveau national afin de définir les options d’adaptation prioritaires d’ici 2035 pour ce sous-secteur conformément aux orientations du Plan Sénégal Emergent (PSE).

Nos félicitations et remerciements à tous les acteurs. Car ce plan est issu d’un processus avec l’appui du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable à travers la Direction de l’Environnement et des Etablissements Classés (Point focal de la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques CCNUCC), le Comité National sur les Changements Climatiques, la Mission USAID SN dans le cadre du projet COMFISH/USAID, le Programme des Nations Unies sur le Développement et autres Partenaires Techniques et Financiers.

Pour l’opérationnalisation des stratégies d’adaptation issues dudit plan, une plateforme nationale pêche et changement climatique est mis sur place. Elle regroupe toutes les parties prenantes à savoir décideurs politiques, acteurs, experts, universitaires, chercheurs, partenaires techniques et financiers, etc.

L’objectif est de renforcer la résilience des ressources halieutiques et des communautés côtières pour une pêche durable et une aquaculture bien développée.

Ensemble pour une adaptation aux changements climatiques dans le sous-secteur de la pêche et de l’aquaculture au bénéfice de tous.

Par Talibouya AIDARA

Membre Convergence des Cadres Républicains

Département de Bignona, Commune de Kataba

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *