Climat : les ambitions de Berlin contrariées par ses choix énergétiques

Climat : les ambitions de Berlin contrariées par ses choix énergétiques

Malgré ses efforts de verdissement, le choix de sortir simultanément du nucléaire et du charbon complique la tâche du gouvernement allemand. A court terme, ses émissions de CO 2 risquent de repartir fortement à la hausse.

Un an après l’adoption du paquet climat destiné à paver le chemin d’une neutralité carbone de l’Allemagne en 2050, le gouvernement d’Angela Merkel a tiré un premier bilan positif du chemin déjà parcouru. Malgré les mises en garde du patronat , l’exécutif berlinois a par ailleurs « très bien accueilli » la volonté de Bruxelles de réduire d’ici 2030 de 55 % et non plus de 40 % par rapport à 1990 les émissions de gaz à effet de serre en Europe, a précisé mercredi sa porte-parole Ulrike Demmer.

Au cours des douze derniers mois, l’Allemagne estime avoir joué les bons élèves en bouclant plusieurs lois importantes, qu’il s’agisse de relever progressivement le prix des émissions de CO2 ou d’encadrer sa sortie du charbon d’ici à 2038. Mardi, le ministre de l’Economie, Peter Altmaier, a d’ailleurs pu confirmer la fermeture d’ici à un an de onze centrales à charbon représentant 4,8 gigawatts moyennant 317 millions d’euros d’indemnisations des opérateurs.

La sortie du charbon devrait s’accélérer…

La sursouscription de l’appel d’offres dans le cadre de ces fermetures, et la présence inattendue parmi les sites sélectionnés de centrales très récentes, comme celles de Vatenfall à Moorburg et de RWE à Westfallen, respectivement mises en service en 2015 et 2014, laisse penser que le maintien de centrales à charbon, aussi modernes soient-elles, n’est plus économiquement intéressant pour les énergéticiens. « La hausse programmée du prix du CO2 et les niveaux très bas du prix du gaz devraient accélérer le calendrier de sortie du charbon en Allemagne », anticipe Philippe Litz, expert du secteur chez Agora Energiewende

Le gouvernement a en parallèle ajusté son cadre juridique pour accroître son parc d’éoliennes en mer tandis que la chute des coûts de production de l’électricité photovoltaïque dope les projets de fermes solaires outre-Rhin . L’exécutif berlinois confirme ainsi son objectif de 65 % d’énergies renouvelables dans sa production d’électricité en 2030 contre 40 % en 2020. « Mais le gouvernement part de l’hypothèse que les besoins en électricité resteront stables, ce qui est irréaliste », réagit Michael Schäfer, spécialiste des politiques énergétiques chez Agora Energiwende.

…mais les émissions de CO2 vont augmenter à court terme

Les associations de défense de l’environnement estiment de fait que le gouvernement ne se donne pas les moyens de ses ambitions. « Les mesures prises ne suffiront pas à atteindre les objectifs fixés. Et si l’UE relève ses propres objectifs de réduction de gaz à effets de serre , l’Allemagne ne devra plus réduire de 55 % mais de 65 % au moins ses propres émissions de CO2 d’ici à 2030 », prévient Michael Schäfer.

​A court terme, ces émissions risquent même de remonter car la sortie du charbon, couplée à la fermeture des six dernières centrales nucléaires allemandes d’ici à deux ans, va mettre le réseau électrique sous haute tension. D’ici à 2025, ce sont 20 gigawatts qui seront produits en moins. L’Allemagne a des réserves puisqu’elle exporte en moyenne 8 % de sa production d’électricité, mais il s’agit d’énergies renouvelables non disponibles en permanence.

Selon les scénarios du groupe d’experts BloombergNEF, Berlin devra donc compenser cette disparition à court terme par du gaz, dont la production augmenterait de 74 % (!) d’ici à 2023, mais aussi par du charbon dans ses centrales restantes. Au total, les analystes tablent sur une hausse de 15 % des émissions de CO2 dans les deux prochaines années en Allemagne, en attendant que les énergies renouvelables puissent prendre le relais.

Ninon Renaud (Correspondante à Berlin)

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *