Dans le Lot, le solaire citoyen, ça marche !

Dans le Lot, le solaire citoyen, ça marche !

Une coopérative citoyenne le Céléwatt à Brengues dans le Lot, a créé son premier parc solaire citoyen. Chaque année, la centrale villageoise produit 320.000 kWh, pour la consommation de 250 habitants, hors chauffage électrique.

Arrivé à Brengues (Lot), la route monte à pic jusqu’au causse parsemé de petits chênes et de vieux murets en pierres sèches. C’est au bout du chemin, dans une clairière cachée par des haies, que la société coopérative Céléwatt a créé son premier parc solaire citoyen. Sur la superficie d’un terrain de football, deux rangées de panneaux photovoltaïques sont alignées et forment comme un accent circonflexe. Ils ont été surélevés pour que des moutons puissent paître en dessous. Chaque année, la centrale villageoise produit 320.000 kWh, soit la consommation de 250 habitants, hors chauffage électrique [1].

Le président de Céléwatt, Bertrand Delpeuch, assure la visite. En cette matinée d’automne, le ciel gris contraste avec le bleu irisé des panneaux photovoltaïques. Le soleil perce à peine les nuages. « Ce n’est pas la meilleure période de l’année mais cela n’empêche pas le parc de fonctionner », assure le retraité. On entend d’ailleurs les onduleurs qui ronronnent. Un bruit léger, pas plus fort qu’une parole humaine.

Des élus des environs l’accompagnent. Depuis que le projet est sorti de terre, il y a deux ans, l’initiative attire. Elle a fait débarquer, dans ce bout de campagne, à l’ombre des falaises du Quercy, des délégations d’ingénieurs, d’étudiants, de politiques ou de citoyens venus des quatre coins de l’Occitanie. Localement, le projet suscite un véritable engouement. « Quand on a commencé à imaginer ces parcs solaires, nous n’étions que cinq habitants, raconte Bertrand Delpeuch. On voulait se réapproprier la question énergétique, gagner en résilience et en autonomie », dit-il. Aujourd’hui, ils sont près de cinq cents sociétaires, au deux tiers des Lotois et des Aveyronnais. Tous ont souscrit des parts dans Céléwatt, dont le capital social culmine à plus de 300.000 euros.

En seulement quatre ans d’existence, la société coopérative a connu un bel essor. Un premier parc solaire est apparu sur les hauteurs de Brengues. Un deuxième est en cours de construction à Carayac, à une dizaine de kilomètres, et d’autres sont à l’étude. « On aimerait bien avoir une grappe de quatre ou cinq projets dans la vallée du Célé, explique le retraité. On n’a pas d’autre prétention que de produire l’électricité de nos communes. Mais ce n’est déjà pas si mal ! »

 

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *