Gasoil renversé à Bandafassi: les conséquences de l’ensablement et sur l’environnement

Gasoil renversé à Bandafassi: les conséquences de l’ensablement et sur l’environnement

Une citerne du Consortium D’Entreprise (CDE) s’est renversée ce matin dimanche 24 janvier 2021 à hauteur du carrefour à l’entrée du village de Bandafassi. Sur les lieux, un dispositif sécuritaire mis en place par les sapeurs-pompiers de Kédougou et quelques éléments de la gendarmerie nationale, plus loin, une citerne immatriculée DK 0836 AH du Consortium D’Entreprise (CDE) couchée sur le flanc gauche, du liquide (du gasoil) s’écoulant sur le sol. Le bétail en divagation a été chassé sur les lieux. L’entreprise a ramené deux chargements de sable pour recouvrir le sol touché.

Au-delà des deux blessés, les vraies questions qui devraient être posées sont pourquoi un dispositif sécuritaire très fort empêchant les prises de vue et pourquoi le sable versé sur le gasoil répandu sur l’asphalte?

Les dangers de l’ensablement

“C’est normal que les forces de sécurité interdisent les prises de vue aux journalistes d’autant que les images circulent. Non pas que la citerne s’est renversée, mais le liquide répandu présente des risques. A fortes raisons qu’on y mette du sable pour l’arrêter. Ceci va entraîner des conséquences graves au niveau de l’environnement, de la biodiversité et même des populations. Imaginer que le liquide et le sable sèchent au soleil, les véhicules qui vont passer sur ce tronçon vont entraîner les résidus partout où ils iront. Les animaux en divagation vont manger à cet endroit et essaimer leurs déchets dans plusieurs places. Sans compter aussi l’impact sur la biodiversité et sur les populations, sujettes à plusieurs pathologies pulmonaires et autres”, s’inquiète cet expert environnementaliste qui indexe les autorités sur cet acte irresponsable.

Un acte banal, lourd de conséquences

“C’est un acte banal que de prendre deux chargements de sable pour recouvrir le sol touché. Mais lourd de conséquences alors qu’il suffisait de débloquer de l’argent pour avoir le matériel adéquat pour ce genre d’opérations”, fustige-t-il.

A l’en croire, “si c’est un sol imperméable, comme c’est le cas, il fallait juste faire une opération d’absorption pour absorber le liquide. Si le sol est perméable, l’excavation devrait être appliquée pour empêcher le liquide de pénétrer jusqu’à la nappe”, apporte-t-il les solutions nécessaires à ce genre d’accidents. Il affirme même qu’il y a certains liquides qui, une fois dans l’air, peuvent résister durant un siècle (100 ans). “Et pendant 100 ans, l’environnement de manière générale ira de mal en pis”, regrette l’expert environnementaliste.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *