Journée de l’Arbre – Haïdar El Ali: “pour nous, c’est 365 jours sur 365 jours”

Journée de l’Arbre – Haïdar El Ali: “pour nous, c’est 365 jours sur 365 jours”

Pour le Directeur général de l’Agence Sénégalaise de la Reforestation et de la Grande Muraille Verte (ASRGMV), Haïdar El Ali, la Journée de l’Arbre de ce dimanche 09 août 2020 est symbolique car pour eux, la journée compte 365 jours sur 365 jours. Il a proposé de rompre avec les modèles figés en ce qui concerne les plantations. 

“La Journée de l’Arbre, c’est tous les jours et il faut que l’on sorte de ce modèle qui veut qu’on plante que quand il pleut. Si vous plantez un arbre dont les gens ont besoin, si vous plantez un arbre qui sert, qui est utile aux populations, elles vont s’en occuper. Et vous pouvez planter tous les jours durant toute l’année. Pour cela, il faut rendre la semence disponible car l’arbre démarre par sa semence, avoir un bon réseau de collecte de semences avec des arbres forestiers, fruitiers, des arbres pour la biodiversité, des arbres pour l’économie, des arbres pour lutter contre l’avancée du désert. Il nous faut comme l’a dit Monsieur le Président de la République des arbres pour les autoroutes”, a déclaré le Directeur de l’ASRGMV, Haïdar El Ali.

Diakène a mobilisé  2000 sacs de 50 kilos de 25 variétés d’arbres différents. 

“C’est une récolte exceptionnelle et aujourd’hui même, nous avons des équipes sur le terrain en train de diffuser ces semences. Par exemple, nous allons nourrir le bétail avec de Kad et de prosopis (dakhaar toubab) qui, après les avoir mangé, va le rendre à la terre. Nous allons aussi offrir à la terre des semences de différentes variétés. Comme exemple le baobab, on a 25 sacs de 50 kilos de graines et chaque sac contient 56.000 graines qu’on va lancer dans la nature. Quand il pleut, certaines d’entre elles vont germer, pas toutes. Mais dans la nature, l’arbre part de la graine, mais elle est liée à un animal qui va la manger et la transporter plus loin. Nous voulons aller vers les pépinières un peu partout dans le pays et impliquer les populations à agir pour l’environnement”, analyse technicien ce passion de la nature.

Le Baobab de Bandia est âgé de 3000 ans

Haïdar El Ali qui est fasciné par la nature estime que le “baobab est centenaire, voire millénaire d’autant qu’à la réserve de Bandia, il y a en un qui est âgé de 3000 ans. Donc nous devons protéger ces espèces. Chaque année nous choisissons un arbre et cette année, l’arbre parrain est le baobab et nous allons en planter beaucoup. Le baobab est très utile, le fruit appelé Bouye est extrêmement riche en vitamines. Ensuite l’huile des graines est recherchée sur le plan international pour les produits cosmétiques. Donc cela rapporte de l’argent aussi”, a-t-il conclu.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *