Maroc: les rejets des usines d’olives polluent les eaux et le quotidien des habitants

Maroc: les rejets des usines d’olives polluent les eaux et le quotidien des habitants

Les habitants de la ville de Taourirt, dans le nord-est du Maroc se plaignent de la pollution due aux déchets des usines de transformation d’olives,  qui déversent leurs eaux sales dans l’oued de Za, essentielle à la production agricole dans la province de Taourirt. Depuis deux mois, ils ont lancé une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux, à renfort de vidéos et de photos montrant ce fléau. Nos Observateurs expliquent les origines et les répercussions de la pollution industrielle qui étouffe leur ville.

Taourirt, qui  abrite des dizaines d’usines de transformation d’olives, est au Maroc la deuxième ville exportatrice d’olives et ses dérivés   vers l’Amérique, l’Europe et le Moyen-Orient. L’activité industrielle générée par l’olive est donc vitale pour l’économie de la région, mais elle est accusée de polluer l’oued de Za, une vallée qui est la première source d’eau pour les animaux, et avec, les terres fertiles de la région de Taourirt. On voit dans ces images, filmées en  octobre 2020 et envoyées par nos Observateurs, la couleur des eaux de l’oued tourner au noir, surplombées d’une mousse blanche due aux rejets des usines, acheminés sans assainissement vers la rivière.

Cette pollution ne concerne pas que le oued de Za. Elle a aussi touché des quartiers résidentiels de Taourirt où sont installées des usines d’olives, partageant les mêmes canaux d’évacuation d’eau usée avec les résidents des quartiers avoisinants. On voit dans ces images une mousse orangée qui ressurgit des égouts du quartier Majd 1, adjacent à la zone industrielle  .

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *