Sénégal – Energie – Autonomisation des femmes

Sénégal – Energie – Autonomisation des femmes

Aïssata Ba, veuve de 45 ans et mère de sept enfants, pratique le maraîchage depuis 30 ans dans le village de Lompoul Sur Mer dans la région des Niayes au nord-ouest du Sénégal. Pour de nombreuses femmes du village, doté d’un sol fertile et d’un climat favorable, c’est la principale source de revenus tout au long de l’année.

Mais le manque d’infrastructures, d’accès à l’énergie durable, de soutien financier, d’équipement et de connaissance des pratiques modernes en fait un dur labeur pour ces femmes engagées dans le maraîchage, qui est une production à petite échelle de fruits, légumes, fleurs et cultures de rente pendant la saison locale de culture et vendus directement aux consommateurs.

Aïssata a dû préparer manuellement des lits de semences, enlever les mauvaises herbes et irriguer sa parcelle de 0,15 hectare en puisant l’eau du puits, un seau à la fois, avec l’aide de ses deux fils de 17 et 23 ans.

«C’était physiquement épuisant et long. Cela a limité notre capacité de production », a déclaré Aïssata à IPS via Mariama Traoré, responsable genre et plaidoyer d’Energy 4 Impact (E4I) et co-responsable de la campagne Deliver for Good Senegal, animée par l’organisation de plaidoyer mondiale Women Deliver.

Energy 4 Impact, une organisation à but non lucratif travaillant avec des entreprises locales pour étendre l’accès à l’énergie en Afrique, et Siggil Jigeen, une ONG qui promeut et protège les droits des femmes au Sénégal, dirigent la campagne Deliver for Good Senegal pour investir dans les filles et les femmes en vue d’atteindre les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Les priorités de la campagne, une coalition de représentants locaux d’organisations de la société civile, de chefs de gouvernement, d’agences des Nations Unies et du secteur privé, comprennent l’amélioration de l’accès des femmes aux ressources – les énergies propres et renouvelables.

En 2018, seulement 42,3% des ménages des zones rurales avaient accès à l’électricité, selon le document de politique du secteur de l’énergie 2019-2023 du ministère sénégalais de l’Énergie. La plupart des ménages, des institutions et des petites entreprises en milieu rural au Sénégal dépendent actuellement de sources d’énergie dangereuses, traditionnelles et inefficaces, telles que le bois, pour l’éclairage, la cuisine et d’autres besoins énergétiques.

“Cette faible disponibilité, adoption et utilisation d’appareils électriques pour améliorer le bien-être, en particulier dans les communautés pauvres et rurales, affecte spécifiquement le temps que les femmes passent dans la pauvreté et la corvée d’activités à forte intensité de main-d’œuvre”, a déclaré Traoré à IPS, ajoutant que ” Le statut de travail rémunéré et non rémunéré des femmes et leurs relations de pouvoir, les normes sociales sexospécifiques liées à la propriété des terres et des biens et les revenus indépendants, influencent considérablement leur capacité et leur incitation à accéder aux services et appareils énergétiques modernes. »

Aïssata fait partie des nombreuses femmes rurales sélectionnées par Energy 4 Impact pour participer à un programme d’autonomisation économique, qui offre aux femmes entrepreneurs impliquées dans la paysannerie, la production laitière, l’agriculture et la possession de magasins l’accès aux technologies d’énergie renouvelable, telles que les pompes et congélateurs à énergie solaire, les systèmes et équipements solaires pour le séchage, le broyage et le traitement des récoltes.

Depuis l’installation de la pompe solaire, la production d’Aïssata est passée de 900 kg à 1 428 kg de légumes et son chiffre d’affaires semestriel a grimpé à 617 $ contre 350 $.

«Cela a non seulement amélioré ma productivité et mes revenus, mais aussi nos conditions de vie. J’ai également reçu des connaissances techniques pour évaluer la rentabilité des cultures, du soutien pour accéder au financement de la pompe et acquérir des compétences commerciales modernes », a-t-elle déclaré.

«L’année dernière, ma récolte d’oignons a été la première à arriver sur le marché, ce qui m’a donné un avantage concurrentiel pour la vendre à un prix élevé. Depuis lors, j’ai eu un bon cycle de cultures – tomates et choux, navets et graines d’oignon. Cette transformation phénoménale en si peu de temps m’a inspirée à investir dans davantage de terrains et à installer un système de gicleurs solaires à l’avenir », a ajouté Aïssata.

L’accès limité à l’énergie entrave le développement socio-économique du pays. La campagne garantit que les femmes sont reconnues localement comme des acteurs clés dans le secteur de l’énergie.

Plus tôt cette année, Assy Ba, 43 ans, a été aidée par un prêt pour acheter un congélateur solaire pour son restaurant dans la petite ville de Manda dans la région de Tambacounda, au sud-est de la capitale nationale Dakar. Cela lui a permis de vendre des produits alimentaires glacés dans son village qui est hors réseau électrique. Son restaurant a un flux constant de clients qui s’arrêtent pour des rafraîchissements, car Manda est située au carrefour de deux routes principales menant au sud du Sénégal, à la frontière de la Gambie et de la Guinée-Bissau. Elle recevait également des habitués des grands marchés hebdomadaires.

«Mon chiffre d’affaires mensuel est passé à environ 400 $ contre seulement 60 ou 65 $ et je pouvais également éviter le gaspillage alimentaire. Mais depuis que les restrictions de voyage COVID-19 ont été imposées, nous n’obtenons que très peu de clients locaux. Je mange dans mes économies. Mon mari est trop vieux pour travailler. Chaque jour, je m’inquiète de nourrir nos huit enfants et de rembourser le prêt commercial », a déclaré Assy à IPS via Traoré.

Energy 4 Impact a étudié l’impact de COVID-19 sur 20 femmes entrepreneurs qu’il soutient.

    • • 95 pour cent ont dit qu’elles étaient très inquiètes pour leur avenir financier et l’avenir de leurs entreprises et comment cela affecterait l’accès à la nourriture et à la santé.

 

    • 70% d’entre elles ont déclaré que leur activité était fortement impactée, principalement par la perte de clients et l’approvisionnement en matières premières, et qu’elles avaient du mal à rembourser leur prêt.

“Nous pensons qu’il est plus que jamais important de se concentrer sur l’élargissement de l’accès à l’énergie pour alimenter les activités économiques, car cela a un impact très tangible sur le bien-être et les opportunités des femmes”, a déclaré à IPS, le directeur Afrique de l’Ouest d’Energy 4 Impact, Mathieu Dalle.

    • • Au Sénégal, les femmes représentent près de 50% de la population.

 

    • 47% des 15 millions de Sénégalais vivent en dessous du seuil de pauvreté et la moitié de la population est en situation d’insécurité alimentaire, selon l’Agence Nationale des Statistiques et de la Démographie du Sénégal.

Pour les femmes rurales impliquées dans l’agriculture, la sécurité alimentaire est un défi majeur et c’est la raison pour laquelle elles ont besoin de sources d’énergie durables pour améliorer et augmenter la production, la conservation et la transformation des aliments.

Avec le soutien financier d’ENERGIA, un réseau international sur le genre et l’énergie durable, et d’autres partenaires de développement, le projet d’Energy 4 Impact Foyré Rewbé2 – Empowering Women, Engendering Energy (Autonomisation des Femmes, Engendrer l’Energie) aide les femmes avec de l’énergie solaire. Dans sa sixième phase (avril 2019 à mars 2022), le projet vise à augmenter le nombre de femmes entrepreneurs rurales – impliquées dans la culture des céréales et des arachides, la pêche et l’aquaculture, la production animale, l’industrie légère et l’agroalimentaire, le commerce et les services – dans utilisations productives durables de l’énergie (PUE).

“Nous préconisons qu’une partie des revenus du pétrole et du gaz devrait financer le développement des énergies renouvelables, en particulier pour les activités génératrices de revenus des femmes”, a déclaré Traoré à IPS.

Les ressources solaires au Sénégal sont caractérisées par 3 000 heures d’ensoleillement par an, et une irradiation solaire quotidienne moyenne de 5,8 kWh/m2/jour. Ces ressources ont été exploitées grâce à des systèmes solaires photovoltaïques et thermiques.

Le travail de plaidoyer de la campagne a permis d’intégrer le genre dans les politiques et programmes énergétiques nationaux. «Les femmes sont au cœur de la société et tout progrès n’est possible que grâce à leur participation», a déclaré Fatou Thiam Sow, point focal genre et coordinatrice de l’unité d’études et de planification au ministère sénégalais de l’Energie.

L’autonomisation des femmes, y compris l’autonomisation économique par l’expansion des énergies renouvelables, doit être au cœur de la réduction des émissions de carbone et de la construction de sociétés résilientes au climat.

Depuis le début de la campagne Women Deliver for Good Senegal, de nombreuses organisations de femmes sont aujourd’hui plus conscientes et défendent leur droit d’accéder à une énergie propre et durable pour leurs usages domestiques et productifs.

COVID-19 a eu un impact significatif sur les entreprises dirigées par des femmes en Afrique. «Les femmes sont représentées de manière disproportionnée dans la plupart des secteurs économiques touchés par la pandémie. Veiller à ce que les plans de relance et les politiques post COVID-19 soient sensibles au genre sera essentiel pour remettre les femmes entrepreneures africaines sur pied », Esther Dassanou, coordinatrice du programme Action de financement affirmatif pour les femmes en Afrique, a déclaré à IPS.

administrator

Related Articles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *