Tolou Keur – Le Sénégal lance un projet de forêts nourricières et médicinales

Tolou Keur – Le Sénégal lance un projet de forêts nourricières et médicinales

A travers la création d’unités agro écologiques, le programme Tolou Keur a pour objectif de renforcer l’autosuffisance des villages tout en luttant contre la déforestation, renseigne Lemonde.

A quelques encablures d’une zone industrielle d’où s’échappent des volutes de fumée, Belvédère se démarque par ses baobabs et ses champs verts nouvellement plantés. « Avant, il n’y avait rien ici », commente Djibril Sall, le chef de ce village situé à une quarantaine de kilomètres de Dakar. « Nous avons peu de moyens. Mais grâce au “tolou keur” [« champ de la maison », en wolof], nous n’avons plus besoin de nous déplacer chercher des fruits, des légumes ou des œufs au marché. Nous avons maintenant tout sur place, en bas de chez nous », se félicite le vieux sage dans son boubou bleu.

Le projet Tolou Keur vient d’être lancé par l’Agence sénégalaise de la reforestation et de la grande muraille verte (ASERGMV), présidée par le militant écologiste et ancien ministre de l’environnement Haïdar El Ali. Trois projets pilotes ont déjà été inaugurés près de Dakar, Fatick et Kédougou. Alors que la « grande muraille verte » du Sahel, dans le nord du pays, a du mal à atteindre ses objectifs de lutte contre la désertification, Tolou Keur se présente comme une solution de reforestation du Sénégal. Encore faut-il que les populations locales se mobilisent.

Une forêt nourricière et médicinale de 5 000 m2

A Belvédère, l’objectif est de planter collectivement, avec la soixantaine de villageois, une forêt nourricière et médicinale de 5 000 m2 à quelques pas de leurs maisons. Autour d’un petit poulailler central construit à partir de matériaux locaux et recyclés, sont plantés, en cercle, des arbres fruitiers, une soixantaine de légumes variés et des plantes médicinales comme l’artemisia ou l’aloe vera. « Les arbres les plus résistants, comme les acacias et les anacardiers, sont plantés à l’extérieur. Et plus on s’approche du centre du cercle, plus on trouve les plantes médicinales fragiles qui ont de grands besoins hydriques. Nous formons ainsi un microclimat qui permet de diminuer la consommation d’eau », explique Aly Ndiaye, maître d’œuvre du projet, qui espère que les arbres plantés permettront aussi de lutter contre l’érosion.

Ce modèle peut être construit en dix jours, pour un investissement très faible. Aly Ndiaye a déjà participé au développement de ce concept à travers le programme de Production agroécologique intégrée et durable (PAIS) au Brésil, où plus de 10 000 unités de production ont été mises en place depuis 2005. Ce système permet d’accompagner les petits producteurs ruraux vers une agriculture durable qui leur permette d’augmenter l’offre de nourriture ainsi que leurs revenus grâce à la vente des excédents. « Sur une surface d’un demi-hectare, la productivité d’une culture diversifiée est beaucoup plus importante que celle d’une agriculture intensive. Nous récoltons en moyenne une tonne mensuelle d’aliments diversifiés », explique M. Ndiaye.

administrator

Related Articles

1 Comment

Avarage Rating:
  • 0 / 10
  • Lihd , 22 mars 2021 @ 08:31

    Merci de cette initiative. L avenir de la production agricole c est l agroforesterie. Nous suggèrerons une plus grande diffusion et un accompagnement des particuliers qui souhaitent se lancer. Lancez une pétition pour que l aéroport LSS soit érigé en parc forestier. Au moins sur 250hectares. C est scandaleux de ne réserver que 10hectares dans une ville sans allées de promenade ou complexe sportifs dignes.sa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *